Actualité

Rencontre autour de “Pour que vive l’histoire, écrits” de Madeleine Rebérioux

 

Chers adhérents,

Nous vous informons qu’à l’occasion de la sortie du recueil des écrits de Madeleine Rebérioux Pour que vive l’histoire aura lieu le mercredi 31 mai une rencontre rassemblant de nombreux spécialistes de l’œuvre de la grande historienne, ancienne présidente de la Société d’études jaurésiennes.

La rencontre aura lieu le Mercredi 31 mai 2017, amphithéâtre François Furet, EHESS 105 boulevard Raspail, 75 006 Paris, sous la présidence de Gilles Pécout, recteur de l’académie de Paris, chancelier des Universités, assisté de Thierry Mérel (Fondation Jean-Jaurès) et de Jean-Numa Ducange (Fondation Gabriel Péri).

 

 

 

Le programme :

15 h- 15 h 15

Ouverture par Vincent Duclert (histoire d’un livre), Marion Fontaine (Madeleine Rebérioux à travers ses œuvres), Gilles Candar (l’économie du livre), éditeurs de Pour que vive l’histoire

15 h 15-15 h 30

Histoire politique, table ronde animée par Christophe Prochasson, directeur d’études à l’EHESS, directeur de Mil Neuf Cent, revue d’histoire intellectuelle : « Madeleine Rebérioux, un nouveau regard sur l’histoire du socialisme »

Adeline Blaszkiewicz-Maison, professeure agrégée d’histoire et doctorante à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (CHS XXe siècle) : « De Jaurès au continent socialiste : diversité de la gauche dans l’œuvre de Madeleine Rebérioux »

Patrizia Dogliani, professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Bologne : « Madeleine Rebérioux et l’histoire du socialisme:
du municipalisme à l’internationalisme »

Elisa Marcobelli, docteure en histoire à l’EHESS : « La gauche italienne face à la révolution de 1917 »

Frank Olivier Poisson-Chauvin, doctorant en histoire, membre du GRHis de l’Université de Rouen : « Relire L’Internationale et l’Orient »

Étienne Rouannet, doctorant en histoire à l’EHESS-CESPRA : « Sur les pas de Gustave Rouanet. Faire des recherches buissonnières avec Madeleine Rebérioux »

15 h 30-16 h 30

Pause (dix mn)

Histoire sociale, table ronde animée par Michelle Perrot, professeure émérite à l’Université Paris Diderot

Bastien Cabot, professeur agrégé d’histoire, doctorant à l’EHESS-Histoire et civilisations : « Madeleine Rebérioux. Socialisme, histoire sociale et jeux d’échelles »

Patrick Fridenson,directeur d’études à l’EHESS, ancien directeur du Mouvement social : « Madeleine Rebérioux, l’histoire du travail et de ce qu’il fait aux femmes et aux hommes »

Catherine Moulin, professeure agrégée d’histoire : « Prendre le train avec Jean Jaurès et Madeleine Rebérioux »

16 h 40-17 h 15

Histoire culturelle, table ronde animée par Gilles Candar, président de la Société d’études jaurésiennes

Sarah Al-Matary, maître de conférences en littérature à l’Université Lyon 2, UMR 5317 IHRIM : « Pratiques d’écriture de Madeleine Rebérioux »

Mélanie Fabre, élève de l’ENS-LSH et doctorante en histoire :« Femmes engagées dans l’éducation : une stratégie de contournement sur les traces de la citoyenneté sociale »

Anne-Solène Rolland, conservatrice en chef du patrimoine, directrice de la recherche et des collections au musée du Louvre : « L’histoire et le musée : actualité de Madeleine Rebérioux »

Conclusions, par Vincent Duclert, professeur associé à Sciences Po, chercheur à l’EHESS-CESPRA

17 h 15 -18 h

 

 


Chemins d’espérance

Ces combats gagnés, parfois perdus mais que nous remporterons ensemble!

A tous ceux qui se demandent s’il y a des raisons pour qu’il continue d’être optimiste,  M. Jean Ziegler répond par la voix d’Antonio Gramsci, philosophe et fondateur, avec Togliatti, du Parti communiste italien : « Contre le pessimisme de la raison – l’optimisme de la volonté ». Il n’y pas d’impuissance en démocratie. Pour abattre l’ordre cannibale du monde, il nous faut l’insurrection des consciences.

Depuis quinze ans, Jean Ziegler consacre toutes ses forces au combat en faveur des damnés de la terre au sein de l’Organisation des Nations unies.
Successivement Rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation, puis vice-président du Comité consultatif du Conseil des droits de l’homme, il n’a cessé de se battre, dans le cadre de ses nombreuses missions, contre la faim et la malnutrition, en faveur des droits de l’homme et de la paix. Combats prométhéens ponctués de grands succès… mais aussi d’échecs.
Ce sont ces moments qu’il relate ici, au plus près du terrain, des manœuvres de coulisses, de l’action délétère des prédateurs du capitalisme financier mondialisé, soucieux avant tout de maximiser leurs profits.
De défaite en victoire, le témoin implacable du jeu sordide des puissants de ce monde s’interroge : comment aller plus loin, comment faire en sorte que l’utopie qu’avaient conçue Roosevelt et Churchill, cette organisation susceptible de réguler les conflits internationaux et d’assurer le minimum vital aux peuples du monde, renaisse de l’état de paralysie dans lequel elle est tombée ?
Et c’est finalement un message d’espérance que livre le combattant de toujours au terme d’un récit vibrant et engagé.

 

 

Marchons avec les Womensmarche!!

Par Aziza Zaidane

 

Ce 8 mars, semble teinté de couleur de deuil et de désespoir tant les Droits de la femme sont bafoués! C’est aussi un jour de résistance contre le silence forcé et une volonté ferme pour ne pas se soumettre !

 

 

“… Partout donc, dans toutes les branches du travail humain, la femme assume la même fonction que l’homme. Elle devient de plus en plus, dans l’ordre économique, une personne, identique à l’homme. Comment de cette identité d’existence et de fonction ne résulterait pas l’identité des droits et des revendications ?”
C’est ce que Jaurès avait déjà écrit à propos des droits des femmes, dans son article , sous le titre, « Les « suffragettes », article paru dans La Dépêche (journal très radical… et les radicaux étaient farouchement anti-féministes) en  1907.
L’accession de Donald Trump et sa conscience exacerbée de sa supériorité virile, prônant ainsi la suprématie du mâle et son mépris des femmes, ce 8 mars 2017 est infailliblement irrationnel et à coup sûr la situation de la femme ne peut qu’aller de mal en pis!
Sensé être un bel anniversaire,  festif et joyeux, pour cette 40ème édition de la Journée internationale des droits des femmes érigée par les Nations Unies. C’est un cortège funèbre, lourd comme du plomb que porte les femmes par tout dans le monde qui se met en marche aujourd’hui pour dire stop aux nombreuses violences physiques, économiques, politiques, verbales ou morales qui leurs sont infligées sous toutes les latitudes.
“Elles entendent dire aussi bien des fois qu’il ne suffit pas d’arracher quelques concessions précaires à tel ou tel patron, qu’il faut encore et surtout inscrire dans les lois des garanties nouvelles pour les prolétaires et préparer un ordre social ou il y aura plus de justice.” disait Jaurès.
Les inégalités entre les sexes, loin de se résorber, s’aggravent de plus en plus! La discrimination salariale persiste et signe. Les femmes gagnent en moyenne 23% de moins que les hommes à l’échelle mondiale, rappelle l’Union européenne. A cette cadence, il faudra 70 ans pour résorber les écarts, estime l’Organisation internationale du travail – OIT. Les femmes occupent des emplois moins qualifiés, et sont majoritaires dans les filières les moins valorisées (nettoyage, services à la personne). En équivalent temps plein, le différentiel s’élevait à 19 % en 2012, contre 21 % en 2002. L’écart atteint 26 % en intégrant dans le calcul le travail à temps partiel. Toutefois, à temps de travail égal, 9 % des écarts de salaires ne s’expliquent ni par des différences de qualification, de filières, de taille d’entreprise, ou de niveau de responsabilité.
 Les atteintes à la santé et aux droits reproductifs des femmes s’amplifie avec D. Trump, qui, à peine élu et dès le 23 janvier, le 45e président américain a signé un décret interdisant le financement fédéral pour les organisations internationales qui soutiennent, informent ou pratiquent l’avortement. C’est une «déclaration de guerre» faite aux femmes. Il s’est attaqué à l’IVG en compromettant le droit des femmes à avorter. En coupant les subventions fédérales aux associations qui informent et pratiquent l’interruption volontaire de grossesse (IVG), Donald Trump s’en prend directement à la santé des femmes et en particulier aux plus pauvres d’entre elles. Celles qui veulent un contraceptif doivent pouvoir se le payer. En réalité, c’est une prise de pouvoir sur le corps des femmes.
“Il faudra des punitions pour les femmes qui avortent!”, scandait Donald Trump pendant sa campagne présidentielle.
Quant aux violences à l’égard des femmes et des filles, conjugales ou “gratuites” ne reculent pas, loin de là partout dans le monde principalement dans les pays en guerre. Elles constituent une violation des droits de “l’homme”! Selon Ban Ki-moon, “… c’est une pandémie de santé publique et un obstacle de taille au développement durable. Le monde ne peut pas se permettre de payer ce prix”.
Les droits des femmes sont plus que jamais en péril, c’est à elles de prendre leur destin en main. Le temps des railleries est passé, le cœur des femmes est sur tous les champs de combat, et n’acceptent plus qu’on bafoue leurs droits ou que les sociétés les traitent avec un mépris outrageant. Après la marche du 21 janvier,  l’ appel à la grève reste rare aux Etats-Unis, il pourrait intensifier le retour de la population dans la rue. Les femmes ne sont plus aussi dociles ni autant malléable qu’avant de le #WomensMarch, elles ont donc décidé de passer à la #WomensStrike, mot d’ordre construit sur le modèle argentin #NiUnaMenos, qui se propage et se décline dans toutes les langues, sur les réseaux sociaux.
Jaurès disait encore à ce sujet ” Les femmes, dans l’exercice de leur travail, se heurtent, comme les hommes, à tout le système politique et social ; elles sont invinciblement amenées à réfléchir aux conditions politiques et sociales qui dominent la vie des individus. De là à s’intéresser aux luttes politiques et sociales, il n’y a qu’un pas, et de là à réclamer des droits qui leur permettent à elles aussi d’agir sur ce milieu politique et social où toute leur destinée se développe, il n’y a qu’un second pas. C’est celui que les femmes franchissent en ce moment et qu’elles ne pouvaient pas ne pas franchir.” C’est le droit des femmes de donner une expression politique aux sentiments et aux pensées que la vie sociale fait naître en elles.

 

Appel de Womensmarche:

Nous l’avons fait le  21 janvier, plus de 5 million d’entre nous dans le monde entier et plus de 1 million à Washington, D.C., sont venues marcher, parler et faire entendre nos voix. Il est tôt pour ôter nos chaussures! Marchons amis, familles et toutes les communautés ensemble et marquons l’histoire.

https://www.womensmarch.com/

 

If Our Lives Have No Value, then We Strike! Call For A Global Women’s Strike // March 8th 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’anti-système fait place à la victoire facile des slogans et évidemment au vote séditieux!

…Celle qui semble  en pâtir le plus, partout dans le monde, est notre liberté  face à ses nouveaux ennemis et risque d’être battue inévitablement en brèche!

Jean Jaurès disait que “le courage en politique, c’est de chercher la vérité et de la dire”, principe qu’il a appliqué à la lettre jusqu’à en perdre la vie.        

                                                                                                                                                    Par Aziza Zaïdane

 

Suite au Brexit  et l’Europe centrale, le Danemark et la Finlande, ce sont donc les États-Unis qui se choisissent un leader populiste et protectionniste. Au moment où tous les sondages et tous les journalistes politiques pressentaient une victoire de la candidate démocrate H. Clinton, celle-ci essuie un revers cuisant face à D. Trump qui a déclenché un cataclysme en emportant l’élection présidentielle américaine ! C’est bel et bien le candidat républicain qui va succéder à Barack Obama à partir du 20 février 2017 pour 4 ans si ce n’est pour 8 ans.
Tricher, mentir impudemment, dissimuler frauduleusement, offenser les femmes en portant atteinte à leur dignité… à la barbe et aux yeux du monde entier ce n’est pas bien grave et ne fait pas de vous un “voyou” ! Vous pouvez vous présenter aux élections, les gagner et plus outre, devenir le chef de la plus grande puissance économique dans le monde ! (lire l’article en entier)

 

 

Chère adhérente et cher adhérent,
Que nos meilleurs vœux accompagnent chacune et chacun d’entre vous ainsi que vos proches. Vœux de solidarité, de justice et de paix, pour qu’enfin advienne l’ère de l’humanité pour laquelle Jaurès a tant lutée au risque de sa vie. Vivre mieux sur la planète n’a jamais été aussi possible. Et pourtant, cela apparaît comme inaccessible pour l’immense majorité. Que la nouvelle année, nous agrémente à souhait suavement de nos plus belles convictions que ces dernières soient dans ses plus belles veines et ses passes les plus fortunées pour résister et obvier aux sinistres opinions. Qu’ensemble nous réussissons à ourdir ces sentiments qui dissolvent la solidarité et divisent nos sociétés. Même si on ne nous laisse qu’une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d’elle il y aura toujours le ciel tout entier pour vous envoyer des étoiles de paix, de fraternité, de vérité et d’amour pour qu’elles illuminent votre vie toute l’année 2017! Que cette année soit favorable à toutes tes tentatives qui nous permettent de gagner tous les défis et de nous transcender! Qu’elle vous apporte la réussite, la santé et la prospérité que vous méritez! Que les difficultés de cette année nouvelles vous soient toutes épargnées! Et enfin, que le bonheur soit au rendez-vous dans vos cœurs et dans ceux de vos proches!
Bonne et heureuse année
Aziza Zaïdane

Informations  administratives:

 

Nous informons nos membres que M. Alain Pesse, membre du Comité du cercle genevois de Jean Jaurès occupera le poste de vice-président par intérim en attendant la prochaine assemblée générale  du 24 février 2017.

Pour contact: alain.pesse@le-cercle-genevois-de-jean-jaures.ch

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.